vendredi 31 août 2018

Obscurité

« Il suffit de se retrouver dans le noir pour perdre tous ses repères et imaginer le pire. D’avancer dans l’obscurité, même dans un endroit que l’on connait bien le jour, et l’on se sent soudain dans un environnement hostile. Pourtant, rien n’est différent, si ce n’est que notre imagination d’enfant prend le dessus et que désormais le pire est possible. Alors, on écoute le moindre bruit avec plus d’attention, on tâtonne avec nos pieds pour ne pas tomber, on se protège le visage avec les bras. Dès lors, on se sent épié par des créatures malsaines et il faut être prêt à s’enfuir, au cas où… »

Lien vers l'extrait n°5 du roman 2152 : Le BLOG
clic sur l'image pour l'agrandir

mardi 21 août 2018

Angoisse !


Devant le film de Richard Fleischer « Le Voyage fantastique »,


je me revois, jeune enfant, tremblant de peur pendant que le sous-marin miniaturisé transportait l’équipe de scientifiques à travers le système sanguin du savant Tchèque, alors qu’il était dans un coma profond. Quelle fut ma déception quand j’ai découvert que le docteur Michaels était un traître. Horrifié, je l’observais fermer le sous-marin et abandonner ses collègues qui étaient partis en mission à l’extérieur. Mais la scène où, un peu plus tard, il fut avalé par un énorme globule blanc restera gravée à jamais dans ma mémoire. Je vois encore le regard angoissé de cet homme en apercevant cette masse informe s’avancer sur lui et devinant la façon dont il allait mourir... J’en ai encore la chair de poule !
Extrait n°4 du roman 2152 : LE BLOG
clic sur l'image pour l'agrandir

mardi 14 août 2018

Poursuite...


« Dans le roman — Le phare du bout du monde — de Jules Verne, je me souviens des trois gardiens du phare en poste sur une île perdue et inhospitalière, à la croisée du Pacifique et de l’Atlantique, poursuivis par la terrible équipe de pirates menée par Kongre. Pour moi, il n’y a pas d’aventure sans poursuite... »
Lien vers l'extrait n°3 du roman 2152 : Le blog
clic sur l'image pour l'agrandir
 

vendredi 3 août 2018

Développement durable


Développement durable : L’impression du roman 2152


Elles ne sont pas si nombreuses que cela, les imprimeries qui décident et s’obligent à chercher des solutions respectueuses de l’environnement, malgré les contraintes techniques du métier.
Du coup, je suis heureux de travailler avec BLF Impression qui s’est vraiment engagée dans cette voie.
La fabrication des livres du roman 2152 ne pouvait se réaliser que dans une entreprise aussi sensibilisée à ces questions. Imprim’Vert, PEFC, réduction des déchets, recyclage des produits, contrôles du bruit et du dégagement de chaleur, etc. Et bien sûr, entreprise locale. (lien vers blf impression )

Vous savez maintenant que 2152 sera réalisé dans le souci de respecter le plus possible notre environnement et que mes choix, pour sa publication, sont influencés par cette logique.

clic sur l'image pour l'agrandir